09 décembre 2013

NOEL et les Pères Noel....

NOEL une fête chrétienne...  pas seulement !


Noël est fêté dans la nuit du 24 au 25 décembre et le 25 toute la journée.
En tant que fête chrétienne, elle commémore chaque année la naissance de Jésus de Nazareth et est célébrée le 25 décembre dans les calendriers grégorien et julien. 



De nos jours,  la période entourant Noël (dite « période des fêtes ») revêt un aspect largement non religieux et commercial et dans certains pays, le jour de Noël est férié. Dans cet esprit, Noël devient une fête à connotation folklorique, caractérisée par un regroupement des cellules familiales autour d'un repas et d'un échange de cadeaux autour du sapin traditionnel. (sources Wikipédia)
On retrouve ces origines latines en Italie, au Portugal et Espagne où Noël se dit :
En Italien - Natale , 
en  Portugais - Natal  , 
en Espagnol - Natividad

Pourtant pour d'autres,  les origines du mot Noël sont gauloises, le mot Noël viendrait de deux mots gaulois "noio" (nouveau) et "hel" (soleil). Cette origine fait référence au caractère profane de la fête et notamment à la fête du solstice d'hiver fêtée par les Gaulois.


Au Moyen-Âge, Noël ! Noël ! était le cri de joie poussé par le peuple à l'arrivée d'un heureux événement. 
Le cri "Noël" joue un rôle essentiel lors du sacre du roi ou lors de ses entrées dans les villes. 
Cri de la nativité, il marque le passage de l'extérieur vers l'intérieur de la ville, dans les entrées royales, l'avènement du roi ou les naissances d'importance. 
Saluant la nativité du Christ, le cri "Noël" est signe de joie.


En anglais Noël se dit : Christmas ( les Messes du Christ)

En Allemand : Weihnachten (Saintes Nuits)

En Hollandais : Kerstmis

En Grec : Chrisstouyenna


Quand au  Père Noël, il a différents noms suivant les pays 




Je vous propose d'en découvrir un peu plus sur cette fête si importante pour beaucoup d'entre nous, et pour la grande joie de nos enfants






ORIGINES  :


Il existait à cette date des festivités païennes marquant le solstice d'hiver, symbole de la renaissance du soleil. L'Église apostolique arménienne a gardé la tradition plus antique de célébrer au 6 janvier les deux fêtes de la Nativité et de l'Épiphanie.


"C'est au IV ème siècle que la date du 25 décembre a été choisie comme date pour la fête de Noël, principalement dans le but de la substituer aux fêtes païennes qui étaient d'usage à l'époque, comme la fête de la renaissance du Soleil Invaincu (Sol Invictus), lesolstice d'hiver et les Saturnales romaines qui avaient toutes lieu à la période du 25 décembre.
Le document le plus ancien mentionnant cette date du 25 décembre est le Chronographe de 354 ,manuscrit enluminé du ive siècle rédigé par un anonyme sans doute en vue d'être offert à un de ses correspondants, probablement un aristocrate romain. Il n'en subsiste que des copies médiévales et modernes reproduisant le texte et les illustrations d'origine.
Page de titre et de dédicace du manuscrit telle que recopiée dans le manuscrit du xviie siècle, Bibliothèque apostolique vaticane, Cod. Barb. Lat 2154

Bien avant l'apparition du christianisme, l'époque du solstice d'hiver était déjà une période charnière de l'année, qui regroupait de nombreuses croyances païennes relatives à la fertilité, la maternité, la procréation et l'astronomie. 
Elle donnait donc lieu à de nombreuses manifestations. Ces traditions antiques ont de nombreux points de similitude avec la fête chrétienne" (sources Wikipédia).

Dans Antiquité proche-orientale

Dans le culte mithraïque, la fête la plus importante - le Mithragan - se déroulait chaque année le jour du solstice d'hiver, jour célébrant la naissance de la divinité et la victoire de la lumière sur les ténèbres
Mithra sacrifiant le Taureau (100-200 après J-C) collection Borghése, achat par le Louvre en 1807 exposé dans la Galerie du Temps au Louvre-Lens
Il est possible qu'une tradition plus ancienne, d'origine mithraïque et mazdéenne, présentant la mère de Mithra -Anahita (ou Anahid) - comme vierge ait également influencé les premiers auteurs chrétiens.
Dans les célébrations du culte mithraïque, fortement développé dans l'empire gréco-romain aux IIIe et ive siècles, le 25 décembre correspondait à la célébration du Natalis Invicti, la naissance du soleil invaincu qui reprend ses forces et fait regagner le jour sur la nuit.

Dans le judaïsme, la fête de hanoucca, qui commémore la réinauguration du Temple de Jérusalem profané par les Grecs anciens, a été fixée au 25 du neuvième mois lunaire, nommé Kislev, (calendrier hébraïque) au voisinage du solstice d'hiver. 

Hanoucca ayant lieu « en hiver », à une période proche de Noël, a souvent été considérée comme l'« Avent d'Israël ».

Après avoir symbolisé la lutte contre l'oppression religieuse et l'oblitération de la judéité, elle est paradoxalement devenue pour beaucoup, en particulier aux États-Unis, la version juive des fêtes de fin d'année. 




À Rome

Dans la Rome antique, les citoyens fêtaient les Saturnales : d'abord du 17 au 21 décembre, puis plus tard du 17 au 24 décembre, les hommes et les femmes portaient des guirlandes autour du cou et s'offraient toutes sortes de cadeaux.
À partir du règne d'Aurélien (270-275), les Romains fêtent officiellement le Sol Invictus (Soleil invaincu) au moment du solstice d'hiver qui commençait la nouvelle année, annoncée par le rallongement des jours. Ce culte, qui reprend des aspects de la mythologie d'Apollon et du culte de Mithra, s'est répandu aux ive et iiie sièclesav. J.-C. et se concluait par le sacrifice d'un taureau, le Sol Invictus correspondant à la naissance du jeune dieu solaire qui, reprenant les traditions mithraïques, était censé surgir d'un rocher ou d'une grotte sous la forme d'un enfant nouveau-né.


SYMBOLES et TRADITIONS

Dans les sociétés occidentales, il existe plusieurs symboles et traditions de Noël.



Le Christianisme avec :

L'Avent qui est la période liturgique qui englobe les quatre dimanches qui précèdent Noël 
lmesse de minuit, le 24 décembre au soir, célèbre la Nativité de Jésus.

La Crèche de Noël qui est la mise en scène de la naissance de Jésus telle qu'elle est présentée dans le Nouveau Testament .


Symboles religieux et traditions profanes
La veillée de Noël En France, les 3/4 des Français considèrent que Noël est d'abord une fête familiale ou commerciale.
Le repas de Noël est le repas festif, constitué notamment de la dinde de Noël, de fruits de mer, de foie gras et qui se termine traditionnellement par la bûche de Noël, un dessert en forme de petite bûche . Cette bûche rappelle la tradition ancienne où l'on mettait au feu une grosse bûche en début de soirée. Cette bûche était choisie pour sa taille et sa qualité car elle devait brûler pendant toute la veillée.
Et Le Père Noël......

Les différents noms du Père NOEL

Saint Nicolas :

On fête la Saint-Nicolas surtout aux Pays-Bas, enBelgique, au Luxembourg, au nord et nord-est de la France (en Flandre française, dans le nord de laChampagne, les Ardennes, en Franche-Comté, enAlsace où elle est fortement ancrée, et en Lorraine dont saint Nicolas est le saint patron), en Allemagne, enAutriche, en Croatie, en Hongrie, en Pologne, enRépublique tchèque, en Lituanie, en Roumanie, auRoyaume-Uni, en Ukraine en Slovaquie, en Serbie et enSuisse.

Les traditions diffèrent selon les régions. Un trait commun à ces célébrations est la distribution de cadeaux ou friandises aux enfants, qui est parfois substituée par celle du Père Noël.

En France ....Saint patron de la Lorraine, saint Nicolas est particulièrement fêté dans le Nord de la France, mais surtout dans l'Est du pays, l'origine de sa popularité.

Lors de sa «tournée», saint Nicolas distribue traditionnellement une orange et du pain d'épices portant son effigie. Le Père Fouettard (ou le Boucher), vêtu de noir et porteur d'un grand fagot, parfois le visage barbouillé de suie, l'accompagne, et distribue une trique (une branche de son fagot) aux enfants qui n'ont pas été sages et menace de les frapper. Saint Nicolas est censé voyager sur un âne ; aussi les enfants doivent-ils, le soir, préparer de la nourriture (foin, paille ou grain) pour l'animal. Au matin, ils trouvent les friandises (ou la trique) à la place de ce qu'ils ont préparé pour l'âne.

Une partie des attributs régionaux de saint Nicolas serait inspirée du dieu scandinave Odin

Odin chevauchant Sleipnir, tiré d'un manuscrit islandais datant du XVIIIe. Sources Wikipédia
 En effet, ce dernier est toujours accompagné de ses deux corbeaux « qui voient tout », et de son cheval Sleipnir, tout comme saint Nicolas est dans certaines régions accompagné de deux Zwarte Pieten et de son cheval.
Dans certaines régions, il est accompagné par le Père Fouettard (Zwarte Piet – Père Fouettard ou « Pierre le Noir » textuellement – en néerlandais. Hans Trapp en alsacien) qui, vêtu d'un grand manteau noir avec un grand capuchon et de grosses bottes et portant parfois un fouet et un sac. Il n'a pas le beau rôle, puisqu'il menace de distribuer des coups de trique aux enfants qui n'ont pas été sages ou de les emporter dans son sac et qui donne, parfois, du charbon, des pommes de terre et des oignons. Le Père Fouettard est également souvent représenté avec des cornes et une queue.
Saint Nicolas et Père Fouettard

Père Noël


On retrouve dans la représentation du Père Noël tout ce qui faisait la symbolique du personnage de Saint Nicolas : 

La longue barbe blanche, la mitre qui est devenu un bonnet de fourrure, le grand manteau rouge. Il voyage dans un traîneau tiré par des rênes, Saint Nicolas voyageait sur le dos d'un âne.

Pour cette raison, dans certaines régions de France, les enfants déposent sous le sapin de Noël, un verre de vin pour le Père Noël et une carotte pour son âne.

Chaque région de France lui donna un nom différent :
le Père Noël est appelé"Chalande" en Savoie,
"Père janvier" en Bourgogne et dans le Nivernais,
"Olentzaro" dans le pays basque ou encore
"Barbassionné" en Normandie.


PERE NOEL Made in USA

Saint Nicolas a été importé aux Etats-Unis au XVIIe siècle par les immigrés allemands ou hollandais où il aurait pris une l'ampleur commerciale que nous connaissons actuellement, subit des transformations vestimentaires et culturelles pour se transformer en un Père Noël plus convivial et serait ensuite revenu en Europe. 

Pour les américains, Saint Nicolas est Sinter Klaas qui devint Santa Claus. 


En 1821 : un pasteur américain, Clément Clarke Moore écrivit un conte de NOËL pour ses enfants dans lequel un personnage sympathique apparaît, le Père Noël, dans son traîneau tiré par huit rennes.
Il le fit dodu, jovial et souriant. Il remplaça la mitre du Saint Nicolas par un bonnet, sa crosse par un sucre d'orge et le débarrassa du Père Fouettard. L'âne fut remplacé par 8 rennes fringuants.
Mais c'est à la presse américaine que revient le mérite d'avoir réuni en un seul et même être les diverses personnifications dispensatrices de cadeaux.


Père



En 1860Thomas Nast, illustrateur et caricaturiste au journal new-yorkais Harper's Illustrated Weekly, revêt Santa-Claus d'un costume rouge, garni de fourrure blanche et rehaussé d'un large ceinturon de cuir.
PèreEn 1885, Nast établissait la résidence officielle du père Noël au pôle Nord au moyen d'un dessin illustrant deux enfants regardant, sur une carte de monde, le tracé de son parcours depuis le pôle Nord jusqu'aux États-Unis.  Et en 1886 l'écrivain américain George P. Webster reprenait cette idée et précisait que sa manufacture de jouets et "sa demeure, pendant les longs mois d'été, est cachée dans la glace et la neige du pôle Nord".

C'est en 1931, que le père Noël prit finalement une toute nouvelle allure dans une image publicitaire, diffusée par la compagnie Coca-Cola
Grâce au talent artistique de Haddon Sundblom, le père Noël avait désormais une stature humaine (le rendant ainsi plus convaincant et nettement plus accessible), un ventre rebondissant, une figurine sympathique, un air jovial. La longue robe rouge a été remplacée par un pantalon et une tunique.
 Ceci est plus marqué aux Etats Unis, car en France, le père Noël a conservé une longue robe rouge. 

Coca Cola souhaitait ainsi inciter les consommateurs à boire du Coca Cola en plein hiver.
Ainsi, pendant près de 35 ans, Coca-Cola diffusa ce portrait du père Noël dans la presse écrite et, ensuite, à la télévision partout dans le monde. 



Père
http://www.joyeux-noel.com/perenoel.html


 Le lutin de Noël suedois : Jul Tomte 

Un tomte est une petite créature humanoïde légendaire du folklore scandinave, comparable au lutin français. Celui-ci s'occupe des enfants et de la maison du fermier, et les protège contre la mauvaise fortune, en particulier la nuit, pendant que les occupants sont endormis. Il est un personnage important dans la fête Midtvintersblot.
qui était la journée du solstice d'hiver.
Son origine remonterait au VIe siècle après JC.
Ce fut le Noël des vikings jusqu'au Xe siècle, le roi Håkon Ier de Norvège serait à l'origine de l'unification du Noël chrétien et de la fête du Midtvintersblot (fête du milieu de l'hiver), où le lutin Julenisse distribuait des cadeaux.

En Suède, A Noël, on accroche des petites figurines sur les vitres, on installe des lumières et des petits gnomes " appelé Tomte ", sous le sapin. La légende dit qu'autrefois dans les fermes, tout le monde avait son Tomte. La femelle Tomte était appelée Tomtemor.Le gnome était le gardien des récoltes tout le long de l'année. Il s'assurait que le troupeau était sain et que les bêtes ne manquaient ni de nourriture, ni d'eau. Les fermiers devaient le respecter.
C'est à partir de 1870 que les Suédois subissent l'influence allemande de St- Nicolas à la barbe blanche et celui-ci devint le symbole du grand monsieur qui distribuait des bonbons et des cadeaux.
Pour ne pas garder le nom de St-Nicolas, on l'appela " Jul Tomte " et on le présenta comme un petit bonhomme avec une barbe blanche et un bonnet rouge.

Le Jul Tomte occupe une belle place dans le légendaire merveilleux de Noël. Issu de la famille des Tomtes ( lutins suédois devenus mondialement célèbres grâce au livre de Selma Lagerlöf: Le merveilleux voyage de Nils Holgerson à travers la Suède.), ce personnage a une façon bien à lui de distribuer les cadeaux le soir du 24 décembre. On nomme ses présents " julklappar" ( les coups de Noël) car lorsqu'il se glisse jusqu'aux maisons, le Jul Tomte frappe très fort sur la porte et souvent jette les cadeaux à l'intérieur avant de disparaître bien vite dans la nuit.
Jul TOMTE


Toujours intéressant de connaître les différences culturelles.  
Prochainement nous irons voir comment  se célèbre Noël à d’autres endroits de la planète.
A bientôt

Anne marie DA COSTA LIMA




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire