17 mai 2013

From Murano to Paris, Fragile !

En ce moment, le musée Maillol à Paris propose une magnifique exposition "Fragile" : Murano, des chefs d'œuvre de verre de la Renaissance au XXIe siècle.

L'occasion d'en apprendre davantage sur cette technique du verre, qui fascine toujours autant, même si, à Murano comme ailleurs, les productions viennent aujourd'hui surtout d'Asie.

 

Pour moi, comme pour beaucoup il me semble, le verre de Murano ce sont d'abord de superbes lustres suspendus, avec des branches, des couleurs, qui magnifient l'éclairage et l'espace


Théâtre de la Fenice, Venise

 Lustre dit "Rezzonico", début XXe, hauteur 180 cm, largeur 260 cm.
Exposé au musée Maillol
 
 
Gio Ponti, Lustre à huit bras de lumières, détail
1950
Exposé au musée Maillol
 
Mais pas que...



Sur l'île de Murano, où la production vénitienne a été transférée au XIIIe s, il est possible d'admirer, en plein air, de magnifiques sculptures de verre très contemporaines


 

Venons-en aux XXe et XXIe siècles, où les maîtres-verriers se sont réappropriés la technique du verre, sous l'impulsion de nombreux créateurs.

 

L'exposition "Fragile" traduit bien la nature artistique de ce matériau, léger et dense, transparent et coloré... que l'on a toujours envie de toucher !


Interprétation du vase dit "Veronese" d'après le tableau l'Annonciation (1578) où ce vase est représenté sur une balustrade. Ce vase est devenu un classique de la production de Murano et se décline selon les interprétations des artistes.
 
 
Concetto Spaziale, Lucio Fontana, 1946 



Fred Wilson, "Lago's Mirror" - 2009
Réinterprétation du miroir vénitien, en verre noir


Erik Dietman, crâne de la série "Sir Glass"
2001


Même les oiseaux les plus quotidiens deviennent beaux en verre de Murano


Jan Fabre, "Shitting doves of peace and flying rats"
1989
 
 
 
Javier Pérez, "Carrona"
2011, Verre et corbeaux naturalisés

L'un des plus beaux tableaux de cette exposition, rouge vif et noir corbeau, métaphore du temps qui passe, de la décrépitude. Fort et poétique

1 commentaire: