20 mars 2016

A la découverte des jardins....influences d'Orient et d'Occident (partie 2)

Faire de son jardin un coin de Paradis


Finalement jardiner n'est pas anodin. 

Je n'imaginais pas, en binant mon carré de terre,  que  ma réflexion sur le jardin  me ferait remonter  le temps. 



A chacun son imaginaire.

Symbole de la fertilité, le jardin est au cœur de nombreux mythes et religions.



Les Perses appelaient leurs jardins pairi daiza  "jardin des Délices"....en vieux Persan (plus tard paradeisos )

Ça vous rappelle bien quelque chose !    

Le terme persan « paradis » (il y a près de quatre mille ans) ne s’appliquait d’abord qu’aux parcs de chasse, pairi-daiza, lieu enclos de murs, puis le nom de paradis  finit par devenir en Occident ljardin d'Éden.


Éden tel que dépeint par Hieronymus Bosch dans le Jardin des délices, faisant figurer un bestiaire fantastique.
Embellir et surtout conserver amoureusement cette nature, pour  que le béton de nos habitats,  qui ne cesse de s'étendre à son  détriment, ne soit pas notre unique paysage.




De nombreux villages sont des écrins de verdure.  
Yvoire (en France), un ancien village de pêcheurs, est devenu un des plus beaux villages de France et  a obtenu la dénomination de " jardin de France".


Bucolique ou pratique, le jardin c'est une vraie passion et c'est de saison....
A vos binettes.... ! Vous serez récompensés de vos efforts. 

Partie 2 -  Influences d'Occident












"Notre visite en Orient nous a permis de découvrir que, dès l’antiquité, les jardins étaient très importants.  Dans les pays d'Orient, on en retrouve la trace sur des fresques en Egypte, sous forme d’écrits par les historiens Grecs et Romains pour les jardins de la Perse et en bas reliefs sur les temples.     Étonnante aussi,  la représentation de jardins sous forme de tapis-jardins qui ornaient les palais Sassanides. Cette image paradisiaque  qui durera plus de mille ans, est l'une des références essentielles des jardins de l'Inde et de l'Islam.      En Extrême Orient, la perception du jardin est différente pour le peuple chinois et  le peuple japonais."

Partie 2 -  Les jardins d'Occident

Dans nos villes, pour notre agrément, qu'ils soient naturels ou cultivés,  les espaces verts font le bonheur de ses habitants. Le chant des oiseaux et les couleurs changeantes des saisons redonnent à chacun  la conscience d'une nature dont nous faisons partie.

Antiquité :

De la Grèce antique, il ne reste que des relevés de plans au sol. On en sait davantage sur les maisons romaines où  le jardin était intégré de différentes façons.

Grâce à la maîtrise des eaux, la Rome Impériale a pu développer l'art des jardins. Elle excellait dans l'art topiaire qui transforme buis et ifs en sculptures végétales, dont la  première manifestation se situerait entre 38 av. J.-C. et l'an 14.

Dans les jardins romains, ce travail de taille et d'entretien était confié à un esclave, responsable du jardin d'agrément (topia) et on l'appelait alors le topiarius (paysagiste ou dessinateur de jardin).


L'art topiaire : le chaos © Laugery

(dossier de Futura sciences )
Côté architecture, les romains excellaient dans l'art d'imbriquer  bâtiments et terrasses avec  points de vue attrayants.


Villa Hadriana à Tivoli, 117-138

Les jardins médiévaux


Sacré ou profane, le jardin médiéval est celui des cinq sens.  Il a pour vocation de stimuler la perception des visiteurs

Une petite vidéo sur le jardin des Cinq sens à Yvoire...pour en savoir plus....


Comme le paradeisos persan, c'est un jardin des délices protégé par une clôture  de palissades ou de haies et se présente sous forme de viridarium (verger récréatif pour la cueillette de fruits) , de pomarium (destiné à la récolte) ,  d'herbarium  (jardin de plantes médicinales et un jardin secret)  ou l'hortus conclusus, jardin secret de la fin du Moyen Âge, possédant un caractère sacré ou profane selon qu'il est dédié à la Vierge Marie ou à la déesse Vénus.). 

Influences d'Orient : Des recherches botaniques ont mis en évidence des relations avec la culture islamique. Ce sont des collections de plantes de médecins arabes qui, avant les jardins botaniques de la Renaissance, sont à l'origine des jardins des plantes de Séville, de Tolède et de Montpellier (du XIe au XIIIe s.). 

 L'art des jardins se démarque ainsi des pratiques agricoles. 

Le verger est le jardin préféré du Moyen Âge. Il était considéré comme le jardin idéal, le paradis terrestre et celui de la rencontre amoureuse.  

Chrétien de Troyes, Erec et Enide


Les jardins "à l'italienne" (ou jardin humaniste) 

Les jardins à l’italienne inspireront directement les jardins à la française de l’époque classique

Né au début de la Renaissance italienne  dans la région de Florence, ce style s’inspire à la fois de l’imaginaire des romains et du décor végétal napolitain. Ils sont caractérisés par l’ordonnancement des végétaux, la présence de l’eau reposante et de la pierre des statues antiques.  

Jardins de Boboli à Florence
Tout en conservant les fondements des thèmes médiévaux,  le jardin humaniste de la Renaissance exclut toute séparation franche, toute clôture opaque entre le jardin et son environnement. 

Dans le jardin de Pratolino, près de Florence, la villa se trouve au centre de deux parcs distincts : au nord, sur une partie surélevée, le parc des Anciens (avec une représentation de Jupiter, le colosse de l'Apennin et le pré des Anciens) et, au sud, en contrebas, celui des Modernes (doté d'une modeste lavandière).

Villa Médicis de Trapolino
 Le visiteur doit être émerveillé et étonné. Les jardins sont agrémentés d'automates, de jeux d'eau pour des mises en scène festives.

Jets d'eau du Parc Phoenix à Nice

Le Songe de Poliphile, sur l'art des jardins européens du XVe au XVIIIe s., explicite deux caractères essentiels du jardin humaniste : l'artifice et la mise en scène théâtrale.
Pour les Humanistes du XVIe siècle, la matière est vivante, comme le bois. Cette gravure suggère qu'une même vie circule dans la Nature   (Wikipedia )




Le jardin « à la française »

Les jardins de la Villa d'Este en Italie ou ceux d'André Le Nôtre (de Vaux-le-Vicomte et de Versailles) rassemblent des foules participant à des fêtes grandioses. 

Prouesses techniques qui permettent à l'homme de dépasser les lois naturelles en organisant le jardin autour d'un axe perspectif dominant, de canaliser l'énergie de l'eau pour actionner des théâtres d'automates, des orgues hydrauliques, des jets d'eau, pour en faire le centre de spectacles extraordinaires.


Le jardin de Versailles conçu par Le Nôtre a servi de modèle aux jardins de Potsdam, Karlsruhe, Wilhelmshöhe à Kassel, Peterhof près de Saint-Pétersbourg, etc. ; d'où l'appellation de jardins « à la française ».



Jardins "à l'anglaise"


Les premiers parcs paysagers européens apparaissent dans les années 1710 en Angleterre. Le jardin  « à anglaise »  connaît ensuite une grande vogue sur le continent. La géométrie des jardins à la française a laissé place à un « naturel » d'allées tortueuses, de pelouses ondulées, de ruisseaux qui serpentent, de pièces d'eau aux formes qui semblent dues au hasard.




Jardins publics


Les premiers jardins modernes au XIX ème sont  les parcs urbains, tel le parc des Buttes-Chaumont, à Paris, mais aussi Central Park à New York. 


central Park New York


Cette période est aussi dominée par l'opposition chronique entre tenants de l'horticulture décorative, agriculture de pointe, et ceux du sauvage, du wild garden, héritier des parcs anglais.  

 À l'orée du XXe s, on dépasse l'opposition entre horticulture et sauvage en mêlant librement, dans ses mixed borders, les plantes vivaces rustiques à celles venues de l'horticulture.

Aujourd'hui ...


Art vivant, le jardin demeure un lieu d'initiatives très diverses. Il est devenu comme un monument historique à classer, à préserver, à entretenir, à faire visiter. 

Une autre démarche, écologique, est d'inventer des jardins dans des lieux abandonnés par l'agriculture (ou l'urbanisme), les friches, et de retrouver là les rythmes biologiques, et les associations naturelles.  

Après ce large panorama, notre jardin va nous sembler beaucoup plus facile à agencer.
Demain, je cours chez mon pépiniériste... et Hop ! je plante.

En attendant, pour vous, .......de belles images,  
de la fraîcheur  de la couleur en  chanson. 
Merci à  Pegasus pour ce diaporama : 

Diaporama musical sur le thème des jardins sur une chanson de Charles Trenet

LE JARDIN EXTRAORDINAIRE

GENRE : Diaporama musical. THEME : Les jardins.
CHANSON : Le jardin extraordinaire. ARTISTE : Charles Trénet.
PUBLIC : Tout.


Partie 1 - Les jardins d'Orient  











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire