21 mars 2013

NIHON-GA La peinture aux pierres semi-précieuses

Une peinture évanescente au toucher délicat et poudreux comme un souffle suspendu qui ouvre les portes du rêve.

Le gemme qui s'allie à l'eau pour imprimer sur papier des teintes uniques et légères au raffinement subtil.

C'est cette émerveillement que m'a procuré le Nihong-Ga.






Les thèmes à l'origine inspirés par la philosophie bouddhiste, ont évolués peu à peu vers un hymne à la nature, aux fleurs et aux cours d'eau...

Aujourd'hui l'abstraction y tient aussi une bonne place.

Les pigments sont préparés au fur et à mesure, la prédominance des teintes vertes et bleus provient de la malachite et de l'azurite. Le rouge est à base de cinabre et le jaune provient de l'agate.
Les oeuvre peuvent aussi se parer d'or et d'argent et rajouter une profondeur mystérieuse par leur présence.

Les techniques sont exclusivement à l'eau, aquarelle ou gouache appliqués sur papier, soie ou bois.

A Paris, vous pouvez découvrir cette technique de peinture japonaise ancestrale qui date du VIII eme siecle et pratiquer cet enseignement traditionnel au musée Guinet.
Chen Yichin y enseigne le Nihon-Ga sur papier Washi fait à la main

Sylvie de Lafuente
www.sdelafuente.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire