ARTIPS, ou les petites histoires de l'art.

Ce matin je me sens dans un bon jour... il fait beau, la vie est belle et il y a tant de choses à voir ...
Eh bien pour fêter ça,  je vous fais un cadeau :

Je vous invite à découvrir ARTIPS

Artips, kéz'aco ? ( comme dirait ma grand-mère en patois du sud-ouest)

C'est une de mes trouvailles récentes, un magazine web qui rassemble des spécialistes en art, professeurs, amateurs, critiques, chroniqueurs, qui vous concoctent chaque jour une petite histoire amusante, décalée ou mal connue issue de la grande histoire de l'art .
Inscrivez-vous à Artips ( ndla : c'est gratuit) , et recevez dans votre boîte mail 3 ou 4 fois par semaine un article qui vous égaiera ou vous instruira ...
En voilà quelques exemples.

Mieux qu'une poupée gonflable ...


 Nous sommes à Vienne, en 1912, et Oscar Kokoschka est follement amoureux d'Alma Malher.
Il l'aime, il l'adore, et il la peint sous toute les coutures, comme ici dans la Fiancée du Vent

Oskar Kokoschka, La Fiancée du vent, 1913, huile sur toile, 1,80 x 2,20 m, Kunstmuseum, Bâle © Fondation Oskar Kokoschka / ADAGP, Paris, 2016
Mais hélas pour lui, Oscar est exclusif et jaloux, très jaloux ... et la belle Alma se lasse de cette liaison passionnée, c'est la rupture.
Passionnément amoureux, Oscar est donc passionnément malheureux, et tente d'oublier sa belle par tous les excès, et même en partant au front. Mais rien n'y fait ...
A son retour en 1915, il prend une étrange décision : Alma ne veut plus de lui, eh bien il va faire fabriquer son double ... en poupée !
Et il a des recommandations très précises : la poupée doit être grandeur nature et ressembler à Alma.
Il souhaite “avoir la certitude de trouver dans cette poupée un être vivant et tendre, plus humain qu’humain.”
La poupée et la marionnettiste Hermine Moos
 Le résultat serait pour nous bien décevant, une poupée de chiffon qui a peu de choses à voir avec son modèle, mais curieusement cela ne semble pas gêner Oscar : il l'habille, la peint, la dorlote ...
Cette femme en bleu est un portrait de la fameuse poupée :
Oskar Kokoschka, La femme en bleu, 1919, huile sur toile, Staatsgalerie, Stuttgart © Fondation Oskar Kokoschka / ADAGP, Paris, 2016
En 1922, il décide de la présenter officiellement à ses amis au cours d’une fête très arrosée. Emporté par l’alcool, Kokoschka décapite la poupée et jette le corps dans la fontaine du jardin.
À chacun son remède aux chagrins d’amour…

C'est du chinois

Architecture en courbes et volutes

Quand on pense architecture contemporaine ou futuriste, on pense souvent à des grandioses tours de verre et d'acier.
Mais il existe, et heureusement, d'autres courants ...

Je vous présente deux architectes contemporains de renom qui font la part belle aux courbes, aux volutes et aux formes issues de la nature.

Franck O. Gehry : l'acier et le verre en rubans et coquilles.


 C'est dans une très ancienne région vinicole du pays basque espagnol qu'est situé le joli village médiéval d' Elciego, dans une région de traditions et de gastronomie.

Et au détour du chemin ....


Sous son toit en rubans de titane chatoyants, voilà l’ hôtel spa Marquès De Riscal.

Ce bâtiment insolite s'intègre parfaitement dans cet environnement traditionnel.
Il a été conçu en 2004 par le célèbre architecte américain Franck Gehry .


Décor naturel luminescent... Imaginaire ou réel ?

J'hallucine...Eugène ! des champignons


Mais non, ils ne sont pas hallucinogènes ces petits champignons, ils sont le résultat d'une fine observation de la nature et d'une grande passion pour le fantastique.

Tel est l'univers proposé par Lumycelium.

Quand on tient dans ses mains une de ses  ravissantes créations, on a l'impression de sentir les sous bois, la terre, les végétaux. Une fois allumées, les champignons se parent de couleurs naturelles chatoyantes et luminescentes donnant un aspect délicieusement irréel. 





Des branches abandonnées dans un recoin de forêt, recouvertes de moisissures, destinées à finir en humus après avoir abrité insectes et champignons si éphémères, voilà ce qu'il faut à Marjorie MEINESZ, la créatrice de Lumycelium pour servir de support à ses pièces. 

Une fois ramassé, elle travaille le bois et lui redonne vie, mystère et brillance.   

C'est beau, harmonieux et sculpturale. Un pur "morceau" de bonheur.


La déco qui tient chaud !


Premiers frimas, premières gelées, première neige.
Mais tout ceci n'est pas forcément désagréable, il suffit de s'adapter : vêtements chauds, grogs, marrons grillés, bonnets et moufles ...
Et pour une ambiance cosy cocooning coin de feu, adaptez aussi votre déco !

Fourrure, tricot et cheminée, rien qu'à regarder on a déjà moins froid !

Déco au chaud côté fourrure


Pour celles et ceux qui veulent rester glamour malgré la goutte au nez, la solution au poil, c'est la fourrure !
En général, elle sera fausse, que ce soit pour une question d'éthique ou de moyens, et les fausses fourrures d'aujourd'hui sont superbes ...


Ci-dessous, un intérieur baroque et très glamour, un appel à se lover avec délice sur cette récamière raffinée

déco chic récamière et plaid fourrure
Source : www.mode-tendance-by-helline.fr

Ci-dessous, 3 photos  vues sur www.deco.fr

Tentures, coussins, canapé anglais ... et un plaid fausse fourrure Pierre Frey.

plaid fausse fourrure


Le corail, au-delà de la couleur

Peut-être est-ce l'envie de prolonger l'été, en ce mois de septembre, je suis devenue accro au corail ! Non, pas la couleur corail que, par ailleurs je n'affectionne pas trop, plutôt l'animal puisque l'on parle d'un être vivant et toutes ses représentations, les façons de l'imaginer dans un décor !


Il symbolise les origines, la vie en danger, l'écosystème que nous devons protéger. Le corail devient précieux. Ses couleurs sont éclatantes et ses lignes très graphiques.Tous ces éléments nous amènent à penser que  le corail va petit à petit devenir l'un des incontournables de nos intérieurs. Petit tour d'horizon pour l'intégrer dans plein de styles....


Ambiance marine, bord de mer

Classiquement, les textiles et affiches aux motifs coralliens amènent immédiatement la touche marine.

Sur un coussin façon zen



En déclinaison de motifs toniques



Ou en quadryptique de tableaux aux tons doux, tout en légèreté